L'autruche et le cancer du sein 445
L'autruche et le cancer du sein
1 Fichier(s) joint(s)
640eccbade91082047510fa985982fbc-huge-el


L’autruche et le cancer du sein…
Je me suis longtemps demandé d’où venait l’expression « Faire l’autruche », est-ce que
vraiment les autruches cachent leur tête dans le sable? Et pensent-elles vraiment
qu’aucun prédateur ne peut les voir?
Vous vous demandez pourquoi je vous parle d’autruches dans ce blogue sur le cancer
du sein?
Eh bien, tout simplement parce que cela a été ma première réaction face au cancer,
AVANT que le diagnostic ne tombe; je voulais faire comme l’autruche et me cacher pour
ne pas que le cancer me trouve.
L’autruche, elle se couche au sol la tête repliée et reste figée, pour rester invisible aux
prédateurs qui, souvent, se fient aux mouvements, aux signaux olfactifs et auditifs
(Wikipédia), contrairement à l’humain qu’il n’a qu’à suivre les traces pour la retrouver.
Un soir, par pur hasard j’ai trouvé une petite bosse sur mon sein droit… La vague
d’angoisse est arrivée au même moment, mon ventre me faisait mal, mon cœur battait
tellement fort… J’étais en panique, toute seule dans la salle de bain…
J’invite le silence, ne rien dire, faire semblant que demain la petite bosse aura disparue,
espérer que je me suis trompée et que je panique pour rien.

Mais le lendemain, le surlendemain, et le sur-surlendemain, elle est toujours là, est-ce
qu’elle grossit? Je me dis : «ce n’est qu’un ganglion », j’essaie d’y croire fort… Ah! Tout
d’un coup je ne sens plus rien… Mais non, elle est là, vraiment là… Je ne veux pas la
sentir, je ne veux pas la voir, je ne veux pas qu’elle soit réelle… Je ne veux pas qu’elle
EXISTE…
Parler à mon conjoint… Cela rendait la petite bosse un peu plus réelle, je lui donnais la
permission d’exister… Mais je me décide à lui en parler… Sa réponse fut : « Tu devrais
aller consulter, tu sauras ». Nous étions fin février 2018…
J’ai appelé pour voir mon médecin de famille… Mon rdv était en mars (fin mars), et dire
que j’ai failli oublier de lui en parler pour la petite bosse… Elle me confirme qu’il y a
quelque chose et m’envoie passer une mammographie… J’ai passé pour la
mammographie la semaine suivante…
Une première semaine en attente d’un examen… Et ensuite la première attente d’un
résultat…
J’essaie de ne pas y penser, je continue mon quotidien comme si de rien était… Mais,
une fois de temps en temps, j’allais vérifier, si par hasard cette petite bosse ne serait
pas partie?
J’ai reçu l’appel de mon médecin dans le train vers Québec, j’étais avec ma fille. Mon
médecin me dit que je dois aller passer une échographie. J’essaie de ne pas arrêter de
respirer, je suis avec ma fille, je ne dois rien laisser paraître de mon stress…
Nous sommes le 9 avril 2018… J’ai passé mon échographie dans la même semaine…
Quand la radiologue est rentrée, elle s’est mise à me parler en espagnol! C’est vrai
qu’avec un nom « Mendoza » on suppose tout de suite que la personne parle espagnol!!
Elle a été très gentille, mais elle m’a dit qu’elle m’envoyait passer une biopsie… Qu’à
mon âge (47 ans) on ne prend pas de chance… Je savais maintenant que la bosse était
vraiment réelle, et en plus j’étais certaine de ce qui se passait… Mais, la radiologue m’a
dit que souvent c’est négatif… Je suis ressorti en faisant l’autruche…
L’autruche se couche par terre, et replie sa tête pour se protéger des tempêtes de sable,
les africains définissent cette posture comme signal de l’arrivée d’une tempête…
Le rendez-vous pour la biopsie est arrivé très vite, la radiologue m’avait dit qu’il y avait
un peu d’attente pour les rendez-vous, que cela pouvait prendre 2 semaines… Mon
échographie était le jeudi 12 avril, j’ai eu mon rendez-vous la semaine suivante… Je n’ai
jamais vu ça d’un bon œil, quand ils arrivent trop vite, soit je suis extrêmement
chanceuse, soit il se passe quelque chose.
Quand j’ai reçu l’appel de l’hôpital pour le rendez-vous, ma première réaction a été…
Vous devinez n’est-ce pas?! Oui, j’ai essayé de faire l’autruche, j’ai dit à la
madame : « Je ne peux pas demain pour la biopsie, je suis en réunion toute la journée »

Ma collègue qui m’a entendue, me dit : « Mais que fais-tu là, tu es en train de refuser un
rendez-vous pour toi? » J’ai appelé mon conjoint, qui m’a dit de rappeler immédiatement
et qu’il viendrait avec moi.
Ouf, là le stress est vraiment plus difficile à contrôler, et j’étais toujours dans le néant,
personne ne me disait rien, à part : « On attend les résultats » Cette attente qui gruge
toute énergie, qui me paralysait… J’ai toujours eu une grande capacité d’imagination…
Laissez-moi vous dire que j’en ai créé des scénarios. Là j’étais submergée dans
l’angoisse…
L’attente du dernier résultat a duré 2 semaines, les pires 2 semaines de ma vie, j’allais
travailler, mais maintenant les gens se doutaient qu’il y avait quelque chose. Je n’étais
plus la même. À la maison, mon conjoint et moi on se regardait sans en parler, pour ne
pas rendre la chose réelle…
Enfin, l’attente était terminée, j’allais enfin être fixée… Ainsi, le 3 mai 2018, j’avais un
rendez-vous avec un chirurgien-oncologue… Cette journée-là, j’ai dit à ma
collègue : « Ce n’est peut-être qu’un kyste qu’ils doivent retirer » Je faisais encore
l’autruche.
L’autruche, picore au sol pour se nourrir, et souvent dans les rochers pour trouver à
manger, donc on ne voit pas sa tête… Moi j’essayais de me nourrir d’espoir…
Mais, hélas, ça ne sert à rien de « Faire l’autruche », le cancer était bien là, il m’avait
trouvé, la tempête s’en venait et pour l’instant je n’avais rien trouvé à manger pour
apaiser mon angoisse…
J’ai décidé de retourner au travail, en attendant mon opération… Avant le diagnostic,
c’est moi qui étais dans l’angoisse, la peur de l’inconnu. Je dirais même dans la
négation… Tout d’un coup, tout a changé, dès que cela a été annoncé à la famille, les
amis, le travail… Ce n’était plus moi qui étais dans le désespoir et l’inconnu, mais bien
les autres… Surprise de toutes ces réactions, j’ai alors décidé de continuer à rire et
faire rire les autres, avec mes aventures avec le cancer. Et continuer à faire des projets.
Finalement, j’ai laissé Mme Autruche de côté pour redevenir moi-même, j’avais décidé
d’apprendre à cohabiter avec le cancer… Mais cela, c’est une autre histoire!

Eli

 
Au-delà du rose 278
Au-delà du rose
8 Billets 1 Auteur
Des femmes bénévoles engagées à réaliser et à diffuser les histoires de vie de femmes et d'hommes touchés par le cancer du sein par le médium d'un blogue nommé 'Au-delà du rose'. 

C'est un blogue collectif de plusieurs autrices et auteurs.  Des histoires de vie, parfois heureuses, parfois difficiles… des montagnes russes d’émotions vécues par tant de femmes et d’hommes. 



Au-delà du rose, est un blogue visant à partager, soutenir, démystifier, rallier, briser la solitude et surtout mieux connaitre et comprendre les différentes réalités du cancer du sein.  

Ce blogue a besoin de vous. Vous avez envie de nous raconter votre histoire Au-delà du rose ? 


Vous aimeriez devenir 
blogueuse/blogueur le temps d’un texte (ou de plusieurs)? 

 Envoyez-nous un courriel à

parlonscancer@quebec.cancer.ca  ou par messagerie privé à Au-delà du rose. 
 


 

Voir les autres pages de ce blogue

Les thématiques de ce blogue