Grande Soeur 450
Grande Soeur
e9184a547e7c500debab86ed83d3a693-huge-gr


 

J’ai travaillé près de 13 ans auprès des personnes touchées par le cancer. J’ai beaucoup appris de leurs expériences de vie. J’ai appris que le cancer fait peur. Que le cancer est simple et compliqué. Je sais que pour plusieurs, cette maladie peut être soignée. Pour certains, la cure est possible, pour d’autres, on parle de rémission, de pause, de cibler la progression. Bref, autant de cas que de visages.

En octobre 2018, ma sœur apprend qu’elle a un cancer. Elle travaille en milieu hospitalier, elle s’y connaît elle aussi. Sa meilleure amie travaille aussi auprès des personnes qui vivent une expérience de cancer. On sera trois à se téléphoner et à se dire qu’on s’aime.

L’équipe médicale prend rapidement en charge l’état de santé de ma sœur. Elle débute ses suivis avec des hommes et des femmes extraordinaires qui vont l’accompagner durant près de 9 mois. Chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie. Puis la grande finale, l’hormonothérapie pour les 10 prochaines années. La routine pour son diagnostic de cancer. 

Nous savions toutes les trois qu’il fallait prendre un jour à la fois. Ne rien supposer. S’informer et fermer l’ordinateur ou changer de conversation quand c’était un peu lourd. Ne prendre que ce que l’on pouvait chaque jour. Être et surtout être avec elle. Ne pas prendre sa place. Lui parler d’autres choses que le cancer. Lui proposer des activités qu’elle aime ou dont elle n’aurait pas envie. ☺ Elle s’est affirmée tout le long : oui, non, ben voyons donc. Elle a été patiente avec tout le monde qui s’inquiétait pour elle alors qu’elle n’avait pas envie de cette inquiétude. C’est cela le cancer, le voir à travers la peur des uns et des autres. Cette partie est difficile. Toutes les trois, on essayait d’éviter ce piège. Pour elle, pour être correct avec elle et sa famille. Pour être dans le vrai. 

On a beau connaître le cancer, on ne sait pas ce qu’il transformera en nous. Le temps passe et la peine reste encore un peu. Et à travers tous ces mois, la maladie, d’autres maladies, nous ont frappé toutes les trois. Car oui il y a le cancer, mais il y a aussi d’autres maladies. 

On a toutes les trois fait de notre mieux. On a donc ri et bu du vin. On continue de se dire qu’on s’aime et  de remettre en place cette expérience et les autres maladies qui ont coloré nos ciels de couleurs, de peur et de larmes. On a été puissantes et impuissantes. 

Accompagner un proche et aimer un proche qui a une maladie, c’est un peu tout cela. 

 

Patou Vincent


3b5a743564f4a24b7ea8a8484c3e5d93-huge-in
09f4dfc2a871461da07cad48dd1fdeea-huge-cc
 

e9184a547e7c500debab86ed83d3a693-huge-gr


 

J’ai travaillé près de 13 ans auprès des personnes touchées par le cancer. J’ai beaucoup appris de leurs expériences de vie. J’ai appris que le cancer fait peur. Que le cancer est simple et compliqué. Je sais que pour plusieurs, cette maladie peut être soignée. Pour certains, la cure est possible, pour d’autres, on parle de rémission, de pause, de cibler la progression. Bref, autant de cas que de visages.

En octobre 2018, ma sœur apprend qu’elle a un cancer. Elle travaille en milieu hospitalier, elle s’y connaît elle aussi. Sa meilleure amie travaille aussi auprès des personnes qui vivent une expérience de cancer. On sera trois à se téléphoner et à se dire qu’on s’aime.

L’équipe médicale prend rapidement en charge l’état de santé de ma sœur. Elle débute ses suivis avec des hommes et des femmes extraordinaires qui vont l’accompagner durant près de 9 mois. Chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie. Puis la grande finale, l’hormonothérapie pour les 10 prochaines années. La routine pour son diagnostic de cancer. 

Nous savions toutes les trois qu’il fallait prendre un jour à la fois. Ne rien supposer. S’informer et fermer l’ordinateur ou changer de conversation quand c’était un peu lourd. Ne prendre que ce que l’on pouvait chaque jour. Être et surtout être avec elle. Ne pas prendre sa place. Lui parler d’autres choses que le cancer. Lui proposer des activités qu’elle aime ou dont elle n’aurait pas envie. ☺ Elle s’est affirmée tout le long : oui, non, ben voyons donc. Elle a été patiente avec tout le monde qui s’inquiétait pour elle alors qu’elle n’avait pas envie de cette inquiétude. C’est cela le cancer, le voir à travers la peur des uns et des autres. Cette partie est difficile. Toutes les trois, on essayait d’éviter ce piège. Pour elle, pour être correct avec elle et sa famille. Pour être dans le vrai. 

On a beau connaître le cancer, on ne sait pas ce qu’il transformera en nous. Le temps passe et la peine reste encore un peu. Et à travers tous ces mois, la maladie, d’autres maladies, nous ont frappé toutes les trois. Car oui il y a le cancer, mais il y a aussi d’autres maladies. 

On a toutes les trois fait de notre mieux. On a donc ri et bu du vin. On continue de se dire qu’on s’aime et  de remettre en place cette expérience et les autres maladies qui ont coloré nos ciels de couleurs, de peur et de larmes. On a été puissantes et impuissantes. 

Accompagner un proche et aimer un proche qui a une maladie, c’est un peu tout cela. 

 

Patou Vincent


3b5a743564f4a24b7ea8a8484c3e5d93-huge-in
09f4dfc2a871461da07cad48dd1fdeea-huge-cc
 

Blogue Au-delà du rose 02/10/2019
Au-delà du rose 278
Au-delà du rose
25 Billets 1 Auteur
Un blogue collectif d'autrices et d'auteurs.  Des histoires de vie, parfois heureuses, parfois difficiles… des montagnes russes d’émotions vécues par tant de femmes et d’hommes. 


Au-delà du rose vise à partager, soutenir,  briser la solitude et surtout à mieux connaitre et les réalités du cancer du sein.  

Ce blogue a besoin de vous. Vous avez envie de partager votre histoireTraitements terminés ou non, votre histoire mérite d'être lue. 


Devenez blogueuse/blogueur le temps
d’un texte (ou de plusieurs) en écrivant à:

parlonscancer@quebec.cancer.ca  

Ce blogue vous est offert par
des femmes bénévoles engagées à réaliser et à diffuser les histoires de vie des personnes touchés par le cancer du sein.

Les thématiques de ce blogue