Jamais Dans Ma Tête 451
Jamais Dans Ma Tête
b6d02e30ef62dd888ac78701665372ad-huge-ja

 

Bonjour à vous tous et toutes, ennemis de la maladie, 

Mon nom est Gisèle et la maladie est venue me visiter en 2004, j’avais 54 ans.  Cela est arrivé dans un bien mauvais moment de ma vie, comme s’il y avait un bon moment pour recevoir des mauvaises nouvelles. 

À ce moment la vie n’avait pas été très facile pour moi.  Je recommençais à peine à sortir la tête de l’eau en me plaçant sur un meilleur chemin pour moi.  En 2004 je reçois la nouvelle du cancer du sein. Tout tout s’effondre dans le noir. Comme j’en suis certaine à ce moment, je n’ai plus aucun avenir.  Je pleure, je me laisse aller dans tout. Je n’ai vraiment plus rien à qui, à quoi m’accrocher. 

 

Je n’ai plus de goût pour la vie.  Tout pour moi est amer! La vie, la joie, les rêves, l’amour.  Je suis finie. J’ai passé presque trois mois dans un état végétatif.  Vu que je ne mourais pas tout de suite, je commençais à m’ennuyer un peu.  Avant, j’étais une fille joviale, vivante et surtout positive. Mais là avec cette maladie, je me trouvais fade, ennuyante, négative et vide.  

 

Après un an, je décide d’aller chercher de l’aide psychologique, l’électricité dans ma tête ne fonctionnait plus.  Elle fonctionnait surtout pour la chose négative. Je ne voulais plus être cette personne déprimante, surtout que je ne me sentais pas mourir.  Je décidais que me battrais pour mes enfants (autre histoire). Par tous les moyens, je ne voulais plus que la maladie m’atteigne. Le combat fut féroce. 

J’apprends en 2006 que j’ai des métastases osseuses aux cervicales et à la colonne vertébrale.  On m’informe que je suis au stade 4 et que peut-être je pourrais vivre 4 à 5 ans dans mon cas. Oh! la! la!.. je dégringole encore une fois.  Je vais chercher de l’aide médicale pour ne plus me retrouver dans l’état végétatif que j’avais connu. En 2007, je commence à prendre des antidépresseurs.  Merci à la vie, car cela m’a beaucoup aidé. À ce moment- là, j’ai décidé que la maladie ne fera plus partie de mon cerveau. Après quelques mois, j’étais beaucoup plus forte psychologiquement.  

 

J’ai reçu de la chimio palliative pendant 8 ans en plus des traitements pour les os.  J’ai pris trois ans et demi de break pour la chimio (belles petites vacances). Nous sommes en septembre 2019 et je suis encore de ce monde.  N’est-ce pas merveilleux et incroyable? J’ai recommencé ma chimio palliative probablement pour tout le reste de mes jours, mais mes chers/chères ami(e)s, vous êtes certains que je vais prendre encore des petites vacances de temps en temps (ah! ah! ah!). J’ai quand même encore une belle qualité de vie.  

 

Je suis une personne qui s’occupe le cerveau tout le temps.  Je veux tout savoir et tout faire afin de ne pas faire entrer la maladie dans ma tête.  Je l’imagine (la maladie) me suivre sur les talons comme un petit chien de poche. Cela me permet d’abaisser le cancer très bas.  La maladie, ce cancer, ne me mérite pas, c’est pour cela que je le visualise comme un intrus malfaisant qui n’a pas été invité. 

 

Tout au long de ces années, de 2004 à maintenant, j’avais un petit texte que je lisais presque  tous les jours et qui m’a beaucoup aidé à rejeter cet intrus de ma tête et à le faire suivre comme le petit chien de poche qu’il est.  Le voilà :

“ Battez-vous, l’être humain est la plus miraculeuse, la plus belle, la plus complexe des machines et votre ennemi n’est qu’un parasite unicellulaire, une bactérie, un organisme sans cerveau, sans âme, sans conscience, sans rime, sans raison”.

Vous vous laisserez vaincre par un tel adversaire?  

 

Prenez bien soin de vous tous et toutes! 

Merci de me lire 
 

Gisèle Lafrance


3b5a743564f4a24b7ea8a8484c3e5d93-huge-in
09f4dfc2a871461da07cad48dd1fdeea-huge-cc
 

Blogue Au-delà du rose 09/10/2019
Au-delà du rose 278
Au-delà du rose
28 Billets 2 Auteur
Un blogue collectif d'autrices et d'auteurs.  Des histoires de vie, parfois heureuses, parfois difficiles… des montagnes russes d’émotions vécues par tant de femmes et d’hommes. 


Au-delà du rose vise à partager, soutenir,  briser la solitude et surtout à mieux connaitre et les réalités du cancer du sein.  

Ce blogue a besoin de vous. Vous avez envie de partager votre histoireTraitements terminés ou non, votre histoire mérite d'être lue. 


Devenez blogueuse/blogueur le temps
d’un texte (ou de plusieurs) en écrivant à:

parlonscancer@quebec.cancer.ca  

Ce blogue vous est offert par
des femmes bénévoles engagées à réaliser et à diffuser les histoires de vie des personnes touchés par le cancer du sein.

Les thématiques de ce blogue