J'ai Peur De Noël 461
J'ai Peur De Noël

0071ba380ae272929f4da55b6d31a5cb-huge-01

 

J’ai peur de Noël

Ceux qui me connaissent vont probablement avoir les oreilles qui frisent, la mâchoire qui tombe. Je suis le boute-en-train de Noël. Celle qui commence la musique trop tôt (oui avant l’Halloween !!), celle qui est folle des décorations et des chandails de Noël.

Mais cette année j’ai peur. J’essaie de prendre soin de moi depuis quelques jours, mais je nie quelque chose. Une angoisse était trop souvent présente en moi. Une fatigue augmentait. Entendre mes amis proposer des activités de groupe comme cadeau commun pour être écolo m’angoisse. Prévoir une activité de bricolage pour fabriquer des décos (une des choses qui me relaxait le plus les autres années) me stresse. L’idée de faire mon sapin m’épuise.

Je demandais à une amie ce qu’elle attendait de Noël. Étant séparée de sa famille, elle a le dilemme de penser à sa santé physique et mentale en se reposant ici et loin des siens, ou de faire l’inverse. Mais au fond de moi j’angoissais à l’idée qu’elle me demande ce qu’il en était  pour moi. Qu’est-ce que j’attends de Noël?

Il faut dire qu’à la mi-décembre 2017 un diagnostic de cancer grave m’est tombé dessus. J’ai pris le temps de vivre le moment présent à ce Noël particulier où ma sœur essayait de se rentrer dans la tête que je pouvais survivre. Je faisais en accéléré les traitements de protection de mes ovules et j’arrivais peu longtemps à être debout tant la fatigue des rendez-vous hospitaliers et que les injections me fatiguaient. J’en ai perdu tellement des bouts ce Noël là! 

Une amie et son conjoint sont venus chez moi faire mon arbre de Noël, car je n’y arrivais pas et que c’était important pour moi. Mon grand-père paternel venait de décéder et j’allais accueillir ma famille pour la première fois dans ma maison pour Noël, pour la fête prévue chez lui à l’origine. C’était tellement beau, tellement significatif pour moi! Je dis ça et je me dis : « non, la fête était avant mon diagnostic »  ou c’était les funérailles qui étaient avant..? Je ne sais plus... Mon cerveau brouille les cartes. Mais bref, mon amie est venue chez moi. Je le sais, elle me l’a raconté. Car non, je ne m’en souviens pas... Je ne m’en souviendrai sûrement jamais et ça me brise le cœur. Ils ont fait pour moi une des choses qui me tenait le plus à cœur. Dans un monde où l’on est tous débordés avant les fêtes, avec sa belle bedaine d’amour qui portait sa princesse, elle est venue faire mon sapin, avec toutes mes décorations familiales, certaines beaucoup plus âgées que moi... Je veux tellement m’en souvenir que parfois j’imagine des bribes de souvenirs, mais je sais que c’est ce que j’ai imaginé lorsqu’ils me l’ont raconté.

Cette année les choses vont pour le mieux. J’ai fini de guérir physiquement de mes traitements, j’ai cherché un emploi, fini par en trouvé un qui me va comme un gant et qui me permet d’être super heureuse. D’ailleurs aujourd’hui, un projet sur lequel je travaillais depuis un moment aboutissait. Je voulais vraiment y être, mais j’ai déboulé les escaliers avant d’aller au travail. J’ai tellement pleuré! De douleur d’abord, puis par culpabilité de décevoir les autres, et quand j’ai réussi à raisonner cette émotion inutile, j’ai pleuré de déception. Alors,  j’ai eu envie d’un break et j’ai déclenché une période de déni en rattrapant des émissions de télévision. Puis, voulant dormir encore un peu, je me suis retrouvée au lit face à moi-même. Ça ne m’a pas pris de temps pour déceler toute cette peur et cette peine en moi...

Je ne me sens pas assez solide pour être déçue. J’ai accumulé mes deuils pendant deux ans, les gros, mais aussi plein de petits. Ceux qu’on n’avait pas vus venir... Et là, je sens que je ne peux pas être déçue. Alors le seul moyen de ne pas l’être, est de ne rien espérer. Mais Noël est une fête d’espoir. Si je prévois une activité cadeaux avec mes amies, j’espère qu’elles y seront. Si je fais une liste de cadeaux, j’espère les avoir... au moins quelques-uns. J’espère voir mes proches, j’espère qu’ils soient suffisamment bien et heureux pour être présents aux partys de famille et que l’on passe un bon moment. J’espère que mon chum pensera à me faire un cadeau significatif, j’espère même secrètement qu’il me demande en mariage avant la messe de minuit pour que l’on puisse bénir nos fiançailles. Hé oui, j’aimerais dire que je n’espère rien, mais pour moi Noël sans la magie qui nous offre ce que l’on a espéré, ce n’est pas Noël!

Je ne peux pas espérer, car je ne peux pas être déçue... Je ne peux donc pas avoir hâte à Noël. Je n’arrive pas à imaginer recevoir chez moi, je ne peux pas imaginer voir toute ma gang de folles en même temps. Je n’ai plus confiance en cette magie qui nous permet d’être ensemble. Elle m’a trop souvent déçue. Mais ne pas fêter Noël en grand serait un deuil de plus. Un de ceux qui est vraiment gros pour moi et qui est contre ma nature. Aussi gros et contre qui je suis, que d’abandonner mon doctorat. Je ne sais plus quoi faire…

Je n’ose pas l’écrire, mais …. «inspire»… «expire»... j’ai aussi peur d’avoir de mauvaises nouvelles qui m’empêchent de contrôler mon Noël encore un fois. La peur est si forte qu’elle me fait dire : « et si tu n’arrives pas à planifier Noël…?» Car il va arriver quelque chose juste avant qui va m’en empêcher.  Je sais que c’est non fondé, c’est mon cerveau primitif qui est génial pour avoir des scénarios catastrophe. Mais c’est tellement déstabilisant de ne pas arriver à faire ce qui nous a toujours fait le plus de bien, soit d’organiser Noël pour qu’il soit rempli de beaux moments, d’amour et de bonheur avec mes proches! Pourquoi quelque chose qui devrait me réjouir me stresse autant? Je ne sais pas, je ne sais pas si je vais le comprendre à temps... Mais pour le moment, espérer est au-dessus de mes forces. J’ai trop donné dans le courage et dans la vulnérabilité,  j’ai trop été « all-in». Je n’ai plus envie d’être invulnérable pour quelques temps...
 


Marie-Noëlle Séguin-Grignon .



3b5a743564f4a24b7ea8a8484c3e5d93-huge-in
09f4dfc2a871461da07cad48dd1fdeea-huge-cc

 
Blogue Au-delà du rose 10/12/2019
Au-delà du rose 278
Au-delà du rose
28 Billets 2 Auteur
Un blogue collectif d'autrices et d'auteurs.  Des histoires de vie, parfois heureuses, parfois difficiles… des montagnes russes d’émotions vécues par tant de femmes et d’hommes. 


Au-delà du rose vise à partager, soutenir,  briser la solitude et surtout à mieux connaitre et les réalités du cancer du sein.  

Ce blogue a besoin de vous. Vous avez envie de partager votre histoireTraitements terminés ou non, votre histoire mérite d'être lue. 


Devenez blogueuse/blogueur le temps
d’un texte (ou de plusieurs) en écrivant à:

parlonscancer@quebec.cancer.ca  

Ce blogue vous est offert par
des femmes bénévoles engagées à réaliser et à diffuser les histoires de vie des personnes touchés par le cancer du sein.

Les thématiques de ce blogue