L’annonce De La Nouvelle à Mes Proches

Publié
Lorsque le diagnostic est tombé, cela ne me paraissait pas vraiment réel. J’avais encore très peu de détails sur le type de cancer dont j’étais atteinte, étant donné que j’étais en attente des résultats de mon scan et de la biopsie. Tout cela était peu concret pour moi et comme la vie va tellement vite; il fallait que je l’annonce rapidement à mes proches. Mon conjoint fut sous le choc. Évidemment c’était à prévoir, la nouvelle arrivait un peu de nulle part, comme si elle était tout droit sortie d’une boîte à surprises... Quand je lui ai annoncé, je me souviens avoir eu peu de réaction. Les larmes ne coulaient pas, peut-être pour me protéger ou parce que je ne réalisais pas vraiment ce qui arrivait. On en a beaucoup parlé ensemble et l’on s’est rassurés mutuellement. J’ai la chance d’avoir un conjoint qui m’a soutenue depuis le tout premier jour de cette aventure, dans mes bons comme mes moins bons moments.

C’est certain que l’on vit tous cela d’une façon un peu différente. Mon conjoint et ma famille ont ressenti davantage le besoin d’extérioriser cela en le partageant avec des proches. Alors que moi, je ressentais le besoin de rester dans ma bulle et je me protégeais d’une certaine façon en gardant cela dans mon petit cocon. Nous vivons dans une société où l’on attend souvent de soi d’être en contrôle dans toutes les sphères de sa vie: professionnelle, familiale, amoureuse... Je l’avoue, j’ai toujours voulu le plus possible atteindre cette « normalité », avoir l’impression d’être en parfait contrôle, me faire rassurante plutôt que d’être rassurée... Après réflexion, je crois que ma réaction serait attribuable au fait que je tentais tant bien que mal de contrôler mes émotions. Mais vous le savez comme moi, lorsque l’on reçoit un diagnostic de cancer, c’est notre vie qui change du tout au tout et l’on n’a plus le contrôle de grand chose, du moins pour un certain temps.

Le plus difficile pour moi a été de trouver les bons mots pour en parler à ma fille. Malheureusement il n’existe pas de manuel d’instruction nous expliquant comment annoncer une telle nouvelle à nos enfants et encore moins de boule de cristal afin de prédire comment ils réagiront. De plus, un cancer du rectum ce n’est pas tellement évident à expliquer de façon concrète à un enfant! Je me souviens encore m’être questionnée à savoir quels mots j’allais utiliser et comment ma fille allait réagir. J’ai décidé d’y aller tout simplement avec la vérité. Lorsque j’avais discuté avec le gastroentérologue, il m’avait mentionné que ma tumeur était environ de la grosseur d’un noyau de pêche. C’est donc cette image que j’ai utilisé pour l’expliquer à ma fille. Je crois aujourd’hui que cette image a fait du sens pour elle car je l’ai entendue à quelques reprises l’utiliser pour expliquer mon cancer à d’autres. Elle savait que c’était grave, mais était aussi rassurée du fait que sa maman serait prise en charge et entre très bonnes mains.

Avec le recul, je réalise que même si ce fut difficile d’aborder tout cela avec ma fille pour la première fois, le fait d’être transparente et honnête avec elle a fait en sorte que tout au long de ma maladie, elle n’a pas hésité à venir me poser ses questions. Nous avons partagé ensemble nos incertitudes, notre peine, mais aussi nos bons coups au travers de cette aventure. Cela m’a fait réaliser à quel point les enfants peuvent faire preuve d’une grande résilience et d’un courage à toutes épreuves. Bien sûr, le fait d’être entourée d’une famille aimante et présente fut très aidant pour ma fille, qui a dû passer plusieurs semaines loin de sa maman. Ce fut totalement déchirant d’être si longtemps loin d’elle. Surtout en contexte de pandémie, lors duquel j’ai dû être hospitalisée loin de chez moi, sans pouvoir côtoyer personne. Toutefois, je réalise aujourd’hui que cette épreuve m’a rendue plus forte et que notre famille est encore plus soudée qu’elle l’était avant...
Blogue Une lueur d’espoir 15/02/2021 7:10pm EST

Commentaires

Log in pour publier un commentaire.
2 Commentaires
Bonjour Mariebou,

Un gros merci pour nous avoir partagé ce très beau texte. Tout en étant convaincue de la difficulté d'annoncer à votre fille que vous aviez un cancer, je salue la décision que vous avez prise, de lui en parler simplement et de la tenir informée dès le départ. Alors que j'étais adolescente, tout comme vous, ma mère m'a informée peu de temps après avoir reçu un diagnostic de cancer du sein, qu'elle devait se faire opérer. Ce n'était pas une nouvelle facile à recevoir, mais j'ai apprécié le savoir au début. Je l'ai reçu comme un signe de confiance, comme quoi elle me percevait assez forte pour assumer cette réalité. Plusieurs parents hésitent à faire une telle annonce à leurs enfants et c'est très compréhensible de le vivre ainsi. Il ne faut pas oublier que la communication se fait aussi de façon non verbale. Ce que nous pouvons imaginer à ce moment, peut parfois être plus grave que la réalité qui se vit.

Je vous souhaite une bonne journée ainsi que de beaux moments avec votre famille.
Béa13
Bonjour Bea13,

C’est très touchant ce partage de votre vision en tant que proche d’un parent atteint de cancer. J’espère sincèrement que lorsqu’elle sera plus grande, ma fille le verra tel que vous, comme une marque de confiance. Bien que c’est difficile pour un parent de faire une telle annonce à son enfant, cela a dû vous demander beaucoup de courage pour encaisser cette nouvelle. C’est une dure épreuve, mais je crois vraiment qu’elle nous rend plus forts, en tant qu’individus mais aussi comme famille! 

Merci pour votre mot! 😊
C'est un magnifique texte Mariebou, vos mots sont tellement juste qu'ils résonnent. C'est très touchant ce lien avec votre fille, vos inquiétudes et vos espoirs.  Aussi étrange que cela puisse être, vous me faites du bien ce matin.  Merci
Merci beaucoup Claude! Votre commentaire me touche vraiment. Écrire ce blogue s’avère être pour moi à la fois très libérateur mais aussi exigeant émotionnellement. Le fait de savoir que de raconter mon histoire peut faire du bien à d’autres personnes me donne réellement le goût de continuer à écrire. Merci à vous!
Une lueur d’espoir 305
Une lueur d’espoir
2 Billets 1
Partager son histoire, pour briser la solitude

C’est en lisant une partie de vos histoires que m’est venu l’envie de vous partager la mienne. Je crois sincèrement que de raconter son histoire peut nous permettre de se sentir un peu moins seul dans ce combat qu’est la lutte contre le cancer. Nous avons chacun un cheminement qui nous est propre, mais nous sommes tous liés d’une certaine façon par les étapes que nous traversons. Vivre avec le cancer c’est devoir faire preuve de beaucoup de résilience, de courage, d’acceptation et surtout, de toujours garder au fond de soi cette lueur d’espoir qui nous permet de surmonter les embûches qui se glissent au travers de notre route...

Voir les autres pages de ce blogue