Vous devez vous connecter ou vous inscrire afin de participer à ces discussions.


 

Parlons de ... ce que j'ai découvert en moi

Parlons de ... ce que j'ai découvert en moi

Publié par Claude_Admin sur avr 4, 2019 3:38

982f15fb4a7f98d175465b55afbc8332-huge-av

Depuis ce diagnostic,  je vis des difficultés, des bouleversements, des espoirs,  des changements, des peurs, des pertes, de bonnes et moins bonnes nouvelles, sans oublier mes émotions en montagnes russes.  L’inconnu a frappé à ma porte plusieurs fois repoussant ainsi mes limites et parfois qui je suis.

Au fil du temps, qu’ai-je appris sur moi, découvert en moi?  De quoi suis-je le plus fier?

 
Claude administrateur-modérateur pour ParlonsCancer.ca

RE: Parlons de ... ce que j'ai découvert en moi

Publié par melusine sur avr 5, 2019 8:53

Moi j ai découvert une grande force en moi, je trouve que je suis une battante....je suis convaincue que je vais le vaincre ce cancer. J ai découvert aussi que lorsqu on veut vraiment,  on peut. Ici je parle d un rêve que je vais réaliser le 27 avril, une croisière. J ai appris aussi de ne pas remettre à demain, je vis toutes mes journées comme si c était la dernière alors je vis les journées à fond et je fais ce que j aime. 
mélusine 

RE: Parlons de ... ce que j'ai découvert en moi

Publié par Helene_Moderatrice sur avr 5, 2019 7:44

Bonjour,

Pour ma part, le cancer m'a permis de devenir une personne plus authentique.  Je n'ai plus le temps de faire semblant, de perdre du temps avec ceux et celles qui me prennent de l'énergie ou qui ne m'apprécient pas telle que je suis.  La vie est courte, j'ai une chance de vivre pour avoir traversé ce cancer et je veux maximiser le beau de la vie, le beau de ma vie. 

J'ai aussi réalisé que je pouvais être utile auprès de vous, que j'avais cette capacité d'aider ceux et celles qui traversent des expériences similaires.  Et je suis choyée de pouvoir vous accompagner et reconnaissante de partager vos peines, vos joies et vos inquiétudes.

 
Hélène, Modératrice pour ParlonsCancer.ca

RE: Parlons de ... ce que j'ai découvert en moi

Publié par Desneiges sur avr 6, 2019 7:35

Bonjour,

Je savais que j'étais une combattante mais je n'aurai jamais pensé devoir mener ce combat. Je suis fière de moi, de ce que j'ai entrepris. La maladie a fait que je prends plus conscience des journées qu'ils me restent, avant j'étais peut-être comme un robot. Là, j'apprécie chaque journée et je ne veux pas les perdre inutilement. J'accorde aussi plus d'importance qu'avant à me faire plaisir.

Desneiges

RE: Parlons de ... ce que j'ai découvert en moi

Publié par winner sur avr 7, 2019 10:45

Bonjour à tous, 

Moi, ça m'a appris plusieurs choses mais voici les 2 plus importantes pour moi.

En autre qu'il n'y a pas de garantie prolongée sur la vie! Le cancer arrive dans ta vie sans prévenir, frappe n'importe qui, à tout âge, même ceux en santé qui mange bio!! 

Ça m'a appris aussi à faire du ménage dans mon entourage. J'ai moins de patience avec les égoïstes et les pas gentils.

Winner 😁

 

RE: Parlons de ... ce que j'ai découvert en moi

Publié par croyance sur avr 9, 2019 11:28

Lors de diagnostic de mon mari, nous avons été dévastés. A ce moment là tout ce que nous savions à propos de cette maladie, c'était qu’elle est mortelle. Les premiers jours, il nous était difficile de réaliser ce qui se passait.  Je ne croyais pas au diagnostic, il m'a fallu plus d'un an pour réaliser que la maladie était réelle et faisait partie de notre vie. Au fil du temps, j'ai réalisé que c'était une maladie comme toutes les autres et nous devons l'accepter et apprendre à vivre avec.  A partir de ce moment, je suis devenu plus calme et la maladie ne me fait plus peur comme elle le faisait au début.  nous avons appris à vivre avec la maladie de mon mari et, pour moi, c'est la bonne approche, au lieu de vivre dans l'attente constante d’un miracle qui va se produire et mon mari sera guéri. Nous avons accepté  la maladie dans notre vie.  Cela nous permet de vivre la vie au jour le jour et profiter du moment présent. Dans des moments difficiles, on se dit que ça pourrait être pire et on évite de se plaindre. La même pour mon mari, il n’aime pas qu’on discute tout le temps de sa maladie. Le support de son équipe médical  nous aide beaucoup. La vie continue et nous en profitons.

RE: Parlons de ... ce que j'ai découvert en moi

Publié par coquelicot59 sur avr 9, 2019 1:34

Avant je vivais en immortelle... 
apres j'ai appris que chaque jour vécu est un cadeau qui reste éphémère, fragile, que la vie ne se mesure que sur la qualité de la relation à l'autre. Qu'il faut toujours être prêt 
mes peurs sont t toujours la, que ce gros mot Cancer, revient à la surface, les maladies autour qu il me faudra surmontées n'ayant plus de système immunitaire.
la peur a chaque opération semestrielle  que je dois continuer de subir. Et ce toutes ma vie. Petite opération certe, mais sous anesthésie générale à chaque mois, parfois remise par manque de disponibilité du chirurgien, la peur que cela tourne mal, la peur que s'il m'arrive quelque chose que mon conjoint ne saches pas se relever car il est très fragile,... etc.... ce n'est pas encore rose...les traitements d'entretien se continue... 

RE: Parlons de ... ce que j'ai découvert en moi

Publié par Lolotte sur avr 9, 2019 2:18

Je vivais dans un reve, je  pensais que tout etait controlé. La maladie  m a reveillé et je fais le triste constat que j ai failli passer á coté de l essentiel.
Mon reveil etait brutal, le diagnostic avait ete prononcé au moment ou je travaillais comme une damnee  sur un grand projet qui me tenant á coeur.
On entend souvent ces deux mots: la maladie et la mort. Mais ces mots nous laissent indifferent ou presque, si nous ne sommes pas atteints.
Le lendemain  du diagnostic, je voudrais crier comme Lamartine: "Au temps, suspend ton vol"'  non pour savourer et rendre eternel un moment, non pour continuer mon projet, mais  pour chercher l essentiel avant que le mur sombre se dresse devant mon regard.

La souffrance m a fait gouter d une nouvelle vie, l essentiel, je crois.

Lolotte
 

RE: Parlons de ... ce que j'ai découvert en moi

Publié par NOUCHE89 sur avr 9, 2019 2:19

Bonjour à tous,

Sympa ce topic, j'aime beaucoup, je trouve que ça donne une autre approche...
Pour ma part la nouvelle est encore très récente... A peine 10 jours, et c'est mon papa qui est touché.
Je ne suis donc pas encore dans la phase où je trouve des ressources... Je ne me trouve pas très forte car je m'effondre à longueur de journée...
Mais en peu de temps, j'ai quand déjà découvert des choses que j'ignorais. D'abord, je me rends compte que malgré tout ce que je pensais, j'arrive à être forte devant mes parents, mes enfants, les personnes que je cotoie chaque jour. Je me suis aussi aperçue à quel point mes petits problèmes étaient dérisoires, j'ai pris du recul par rapport à tout!! Mes problèmes de travail, mes petites contrariétés, toutes ces choses qui sont finalement chronophages dans une vie et qui au final ont si peu d'importance!!! Je me dis que le jour où tout ira mieux pour mon papa, je ne me laisserai plus "bouffer" par tout ça. Bref ce n'est pas moi qui suis malade mais j'ai déjà l'impression d'avoir cette autre vision de la vie dont j'ai si souvent entendu parler...
Et puis bien sûr, j'ai découvert à quel point je pouvais aimer, admirer, chérir mes petits parents chéris!!! Je savais bien sûr que je les aimais plus que tout, mais la peur de perdre l'un d'entre eux me fait réaliser la force de mes sentiments...
En dernier lieu, j'ai découvert par le biais de ce forum à quel point des personnes que je ne connais pas, qui ne me connaissent pas, qui ne se connaissent même pas entre elles, pouvaient dégager une telle force et un tel amour que finalement, l'amitié soit disant virtuelle peut être au moins aussi forte que celle qu'on dit "réelle"
Voilà, j'espère que d'ici quelques semaines, j'aurai découvert encore plus sur moi même et sur vous tous
Merci
 

RE: Parlons de ... ce que j'ai découvert en moi

Publié par Fractales sur avr 9, 2019 7:08

Bien que j'aie déjà eu un compte Facebook très bien présenté, je n'étais pas du tout à l'aise avec cette ère du "Like" instantané, souvent superficiel. Tout ceci pour dire que le soutien à des personnes en détresse à cause d'un cancer ou d'une autre grave maladie exige beaucoup de présence affective. Je suppose que ce forum apporte une aide complémentaire, mais je crois que l'espoir arrive à partir de contacts humains intimes et constants; c'est très exigeant; cela peut être un(e) ami(e), un(e) conjoint(e), etc. Pour moi, qui fonctionne sur un long terme toujours actualisé dans le présent, la meilleure possibilité de guérison est de vivre en même temps une expérience amoureuse intense quelque soit sa forme. C'est ce que je tentais d'expliquer le 11 novembre 2018 dans "Présentez-vous". Je ne peux témoigner que de mon expérience personnelle, qui n'est pas une recette, ni une approche nécessairement réalisable pour tout le monde. Pour moi, l'amour a été à la fois conjugal et spirituel; bien d'autres personnes ont pu expérimenter cet amour transcendant à proximité de la mort. Je vais ajouter ici quelques remarques qui risquent peut-être de déranger certaines personnes. a) J'ai refusé toute forme de combat, j'ai tenté de dépasser toute forme de violence intérieure. b) Je n'ai pas vraiment prié pour guérir, il m'est apparu plus important de vivre cet amour envahissant au maximum; j'ai laissé à mon épouse l'espoir de la guérison. c) Seule mon épouse a cru à ma guérison parce que moi et mon médecin étions assez convaincus de ma mort; après tout, il a été question de soins palliatifs pendant quelques mois.
La question de base pour moi, en rapport au titre de mon premier essai-témoignage, est toujours la même: pourquoi ne suis-je pas mort? Et cela fait plus de 18 ans!
Et puis, je suis suivi par un autre médecin pour un cancer de la prostate, et le PSA est toujours à 0! Donc, pourquoi encore la vie?
Je n'ai pas de réponse claire et absolue! Je pense que je suis une sorte d'extraterrestre qui est né sur la mauvaise planète au mauvais siècle!

RE: Parlons de ... ce que j'ai découvert en moi

Publié par Fractales sur avr 9, 2019 7:56

C'est en effet un très beau thème de discussions et d'échanges. Après avoir lu les textes précédant le mien, je me permets d'ajouter quelques commentaires.
a) Je sais, il y en a qui parle de combat, chacun sa voie; moi, je suis antimilitariste et donc le problème historique et mondial de la violence, cela commence par soi-même; c'est pourquoi je n'ai pas pris cette direction. De plus, ayant côtoyé d'autres malades, j'ai pu observer les effets négatifs quand on insiste trop sur le "combat" et "être positif".
b) C'est certain que la survie à un cancer, un lymphome dans mon cas, une aventure de 5 ans, permet de plus apprécier la vie au jour le jour, mais vivre réellement comme si c'était la dernière journée, ce n'est pas vivable. J'ai vécu cela, et je peux vous dire que si la mort est annoncée dans les prochains jours, il y aura sans doute plus de détresse que de joie, à moins d'avoir acquis une très grande maturité spirituelle. Et c'est très difficile à l'intérieur d'un couple.
c) Dès mon plus jeune âge, j'ai très bien compris la fragilité de la vie. Quand j'ai appris que j'avais un LNH, je ne suis pas tombé sur le dos. Pour moi, la vie est exceptionnelle; toute ma vie j'ai ressenti et expérimenté la coexistence de la vie et de la mort en moi. Pas de choix: être ET ne pas être.
d) Ma vie est faite de paradoxes constants. Rien n'a évolué comme prévu durant mon lymphome; tous les traitements ont échoué; la rémission et la guérison sont arrivées de manière imprévisible. Mon lymphome était accompagné de douleurs que la médecine ne semblait pas comprendre et pouvoir soulager. Alors que ce lymphome est devenu agressif, on m'a alors proposé un traitement expérimental très prometteur; à partir de là, tout a empiré! Parmi les effets "secondaires", j'ai eu des réactions cutanées de toutes sortes pendant des mois; je peux vous dire qu'une nuit à l'hôpital, replié sur moi-même sur le lit, j'aurais bien voulu mourir, tellement les souffrances étaient intolérables. La médecine a encore beaucoup de recherches à faire pour le contrôle de la douleur. Je considère que le corps est certainement un véhicule pour apprendre, réfléchir, dépasser la douleur, développer de l'empathie, mais je serai toujours contre toute forme de dolorisme, religieux ou autre.
e) Une des grandes difficultés que j'ai rencontrée durant ce parcours est la propension de la médecine à suivre des schémas prédéfinis ou statistiques; dans mon cas, cela me causait plutôt des problèmes; par exemple, je réagissais très mal à la morphine ou au Benadryl sur plusieurs jours; bref, les médecins, même très humains et attentionnés, n'arrivaient pas à percevoir la réalité individuelle.
f) La plupart des gens qui ont réussi à passer à travers de telles épreuves ont tendance à vouloir les oublier. Moi, c'est le contraire, et il ne s'agit pas de quelque attachement morbide. C'est vrai, j'ai vécu un amour profond et je ne veux pas l'oublier.
g) Je sais depuis longtemps que je suis différent d'une certaine majorité; qui sait, je suis peut-être effectivement une sorte d'extraterrestre qui tente de passer un message.
 

RE: Parlons de ... ce que j'ai découvert en moi

Publié par Marichou5 sur avr 11, 2019 10:53

Bon sujet merci 🙏  mes globules rouges, blanches me  jouent dés tour pour mes deux dernier traitements de chimio pour un cancer colorectal des haut et des bas, heureusement j ai un équipe formidable qui me suis depuis 6mois, j ai gardé cette phrase que l oncologue ma dit c est long 6mois avec la chimio (Je lui répond non) dans mes 62 ans de vie mon corps ma parlé ce cancer m’a permit un temps d arrêt maintenant j ai des choix à faire subir ou continuer à travailler mon quotidien je continu a prendre soin de moi car mes petits enfants ma famille sont ma nourriture de tout les jour une page ce tourne et une autre s’ouvre tranquillement pour moi.je vous souhaite de garder espoir courage car en haut des nuages il y toujours du soleil ☀️ 

RE: Parlons de ... ce que j'ai découvert en moi

Publié par Meli77 sur avr 15, 2019 9:33

Moi j’ai découvert que...
Je le savais déjà, mais j’ai un conjoint formidable qui accepte la maladie et mon nouveau corps de façon inconditionnelle!

J’ai une grande force de vivre, je suis une guerrière autant pour vaincre le cancer que pour tout autre évènement de la vie. Cette qualité ressort encore plus fort dans ce combat. La guerrière en moi à appris qu’elle a le droit de pleurer, de tomber, mais elle se relève tout le temps pour un l’espoir d’un jour meilleur.

J’ai découvert de nouveaux amis! Certains que je savais étaient mes bons et vrais amis et ils sont encore là! D’autres que je croyais mes bons amis... ne se sont jamais pointé le bout du nez, ni même prendre de mes nouvelles!!! Pourtant c’est pas contagieux le cancer! Et le plus étonnant, des collègues de travail que je savais spéciaux, mais qui hors de toutes attentes me soulignent régulièrement leurs présences sincère et prennent de mes nouvelles régulièrement. Juste wow! Le travail nous a unis, mais je réalise qu’il nous a permis de développer une amitié qui s’est transcender au delà du travail.

J’ai toujours aimé la nature, mais je la trouve encore plus belle. La beauté d’un brouillard, la plénitude de la pluie, la joie d’un chant d’oiseau, etc... La vie est belle, mais j’allais trop rapidement dans la vie pour réellement l’apprécier. 

Une intolérance aux plaignards de p’tits bobos....et au manque de savoir vivre des gens trop pressé à l’attitude nombrilisme!  Ex:  Quelqu’un qui est allé dans l’sud et qui a pogné la gastro....ben tu l’entends parlé de ça tout en blaguant à répétition à tout ceux qui veut bien l'entendre, mais toi si tu veux parler de ce que le cancer te fait vivre c’est pas possible. Ces gens là se sauvent en courant... Ce n’est pas que ce que je vis est plus important...mais clairement plus grave qu’une tite gastro! Je trouves que les gens ne réagissent pas de façon proportionnelle! 
Ex: Tu ouvres la porte à une personne agée par politesse et savoir vivre, mais il y a 3-4 personnes qui se glissent rapidement sans dire merci comme si tu étais portier.....!

Bref, tout le monde disait qu’avec le cancer tu fais un grand ménage dans ta vie.... Je n’ai pas fait de grand ménage, car j’aimais déjà ma vie... j’ai simplement pris conscience de certaines choses.

Méli77

Partager avec mes amis: