Vous devez vous connecter ou vous inscrire afin de participer à ces discussions.


 
+ Répondre
Mon premier contact ...
Litzie
2 billets
Bonjour,
Je suis Litzie, j'ai 59 ans, j'habite à Trois-Rivières. Le 10 mars dernier, j'ai consulté aux urgences à cause d'une grande fatigue, des saignements de nez, etc ... j'ai reçu, le jour même, un diagnostic de leucémie lymphoblastique aiguë. Je ne suis ressortis de l'hôpital que 24 jours plus tard. J'y ai reçu mes premiers traitements de chimio. Depuis la fin du premier traitement, il n'y a plus aucune trace de lymphome dans mon sang. Et toutes les prises de sang et examens, dont plusieurs ponctions lombaires, confirment l'absence de "bibites" dans mon corps !
Je suis en ce moment hospitalisée pour le 4eme traitement de chimio, car même s'il n'y a plus rien dans mon sang, je dois suivre le protocole au complet, c'est-à-dire 8 traitements.
C'est ce que je trouve le plus difficile : être hospitalisée ! C'est toujours trop long, rien à faire, bouffe pas bonne ...
Bien entendu, le pronostic est très bon : je me dirige vers la guérison ! Mais je déteste être "prisonnière" dans un hôpital...
Merci de m'avoir lu ...
4 Réponses
Bonjour Litzie‍ , vous semblez être entre bonne main et sur la voie de la guérison, Yes la 'bibites' n'est plus dans votre corps. Comme j'imagine que cela doit être long, 24 jours passés à l'hôpital, et cela dans un contexte de COVID, vous avez toute mon admiration, je salue votre patience et détermination.

Je vous invite à nous faire des petits coucous et de nous parler de vos traitements, et peut-être échanger avec d'autres membres.

Je vous dis à bientôt, et au plaisir de vous lire à nouveau,

Claude
Gi Bo
316 billets
Bonjour Litzie,

Comme c'est la première fois que je m'adresse à vous, je vais en profiter de vous souhaiter la bienvenue. Nous serons toutes et tous heureux de vous accompagner et de vous encourager.
Sans raison particulière, ces derniers jours j'ai très mal dormi. Et la nuit dernière, j'ai presque fait le tour de l'horloge, et me suis levée l'humeur assez fofolle. Et j'aimerais vous la faire partager en vous parlant de mes deux derniers séjours à l'hôpital.
Tout comme vous, je n'aime pas être hospitalisée et c'est un euphémisme.
Durant mon séjour de neuf jours, on a refusé que j'ailles dormir chez moi pour revenir le lendemain. Pas surprises, ils ont bien compris que je moquais d'eux.
La dame très âgée avec qui je partageais la chambre était charmante et drôle.
Mais je n'ai pas eu à me plaindre de la nourriture. Je n'en ai pas eu; rien de rien. J'ai uniquement eu le droit de sucer des glaçons et quand ils commençaient à fondre, le personnel se dépêchait de changer le verre pour que je n'en boive pas l'eau; ça m'était interdit.
La dame qui adorait la soupe, me décrivait chaque cuillerée avec force détail au point qu'elle finissait elle même par croire que c'était un potage pour gourmet.
L'autre séjour, de 38 heures, on me croyait contagieuse et j'ai eu droit à une chambre où j'étais seule. J'avoue que c'était mieux que d'être à l'urgence avec une dizaine de personnes.
La chambre était minuscule, on s'en fou, pas de fenêtre, tant pis mais froide comme un igloo, pas tant pis. Le personnel était très gentil, sauf une infirmière (il faut toujours une exception à la règle).
J'entendais les roues du charriot à repas qui passait toujours tout droit, même celui des collations.
Le lendemain après ma gastroscopie, on m'a dit que je sortirais seulement quand j'aurais mangé. Trop heureuse, j'ai accueilli mon plateau avec grand bonheur. Café, qui ne portait pas son nom; un délicieux yogourt que je ne parvenais pas à avaler. Restait la soupe, style poulet et nouille de Lipton; disons qu'ils avaient oublié d'y mettre du Lipton.
Pour le rien à faire, vous avez bien raison!
Considérée comme une patiente de l'urgence, on me dérangeait aux quinze minutes. On oublie la sieste. J'avais beau avoir un bon livre; un m'memt d'né, té tanné.
Ce que j'aimais le plus, vous comprendrez, c'était la nuit.
On venait à tout bout de champ (j'esgagère à peine) pour me brasser délicatement (pas tant que ça) l'épaule ou on braquait une lampe de poche drette dans mes yeux pour savoir si je dormais. Et, à la première visite le lendemain, on me demandait si j'avais passé une bonne nuit!!!
Je souhaites que votre séjour ne soit pas trop long.
Et c'est pour cela que je vous envoie ce p'tit brin de sourire.
gi



melusine
497 billets
Bonjour Litzie‍ , il vous reste encore combien de temps à l hopital?
En effet c est très long à l hopital surtout en plus si vous ne pouvez pas avoir de visite.

L année dernière en début de pandémie j'ai été hospitalisé 10 jours et je n avais pas du tout le droit à de la visite, même pas un de mes enfants. Heureusement que je m étais apporté de la lecture et un livre de sudoku. Je me suis aussi reposé un peu, je dis un peu car on est souvent dérangé.
Je suis contente de savoir que vos traitements fonctionnent bien, au moins c est une bonne nouvelle.
Je vous souhaite beaucoup de courage et venez nous donner de vos nouvelles.
Mélusine
Litzie
2 billets
Bonjour,

Merci beaucoup pour votre accueil et vos commentaires encourageants.
Je devrais recevoir mon congé demain. Ce 4eme traitement a très bien été. Je suis aujourd'hui à mi-chemin du protocole de traitements (8). Je commence donc le compte à rebours !
J'espère que tout continuera à bien se dérouler.
Je vous souhaite une très bonne soirée.
Litzie
+ Répondre