Vous devez vous connecter ou vous inscrire afin de participer à ces discussions.


 
+ Répondre
De Bonnes nouvelles..
vivraplein
60 billets
Bonjour  belle troupe..

Tout d'abord. merci à toi BLAIREAU.. Le lien que tu m'as donné  pour les femmes ayant un néo du sein  éprouvant  des problèmes financiers ( fondation Saphir)  et bien ça marché... j'ai reçu un don pour payer un mois de loyer !.. Merci à eux et surtout à toi de m'avoir fait connaître ce dernier..
Maintenant voici les autres nouvelles.    Au sujet de cette rencontre informative obligatoire sur la chimio  et bien j'ai fait un compromis.  J'ai accepté de rencontrer n hémato oncologue  en privé et à  une heure raisonable  (partir de chez moi à 5h du matin  c'était trop ).   Ce fut fait vendredi dernier.le 2 mars.
La scintigraphie qui démontrait une hypercaptation à la 5ieme côte droite SERAIT  dûe à mes multiples fractures  lors de mon accident de voiture en 2015. et ne serait fort probablement pas une métastase.   C'est fou car mes 2 oncologues m'ont demandé à xxxx reprises si je m'étais blessée, frapper,etc  Je leurs répondais à chaque fois.. à part la collision frontale, non, il n'y a pas eu autre chose.  On me répondait chaque fois  :  non, ça ne peut pas être ça, cela fait trop longtemps !     Bien voilà que le rapport du md en médecine nucléaire  conclu qu'il  s'agirait d'anciennes fractures !!!!!!!   On me dit de ne pas m'inquièter car ces spécialistes lisent des milliers de scintigraphies par années et q'ils ont fort probablement raison.   On  fera tout de même une seconde scintigraphie osseuse en mai pour vérifier l'évolution.
Maintenant, en ce qui concerne l'oncotype (la masse du sein)  envoyé aux USA le 7 février dernier, je n'avais encore aucune nouvelle après 4 semaines d'attente.  En consultant l'hémato oncologue ce vendredi 2 mars,, rien au dossier encore.   J'étais tellement anxieuse.. d'autant plus que ma chirurgienne me disait de me préparer à la chimio  vu le grade  (2) et mon taux de progestérone élevé...  Elle semblait si sérieuse que j'ai fait couper mes cheveux très courts et commander par le net, 4 bonnets pour cacher mon coco.   Donc, en me rendant à mon rdv, l'hémato  a fait quelques téléphones et les résultats de l'oncotype était aux archives et non dans mon dossier  depuis une semaine...grrrrrrr.
Ma chirurgienne me disait que si j'avais un taux de 25% et plus  il ne serait pas négligeable d'avoir de la chimio pour le faire descendre à 15%.    Et biennnnnnnnn........  j'ai un taux de 11%   YESSSS' OUFFFFF   YOUPPPPIIIIII  !  Pas de chimio.  Je passe donc à la radio bientôt.  Mais que  de bonnes nouvelles n'est-ce pas ?  L'hormonothérapie suivra ensuite pour 5 ans.
Je tenais vraiment à vous faire savoir ces bonnes nouvelles .

 
10 Réponses
Blaireau
942 billets
Allô vivreaplein‍ 
Tu me voie réjouis par les nouvelles que tu nous donnes, c'est fou les scénarios que l'ont peut se faire dans l'attente n'est-ce pas ? Je suis doublement content si le lien que je t'ai donné as pu t'aider.
Porte toi bien
Amicalement Blaireau laugh
vivraplein
60 billets
Merci Balireau
Candie
4438 billets
Des nouvelles inattendues et inespérées vivreaplein‍.
Vraiment contente pour toi, tu sais.
C'est bien pour dire qu'on ne sait jamais ce que la Vie nous réserve.
Bons traitements de radio, et tiens-nous au courant pour la suite.
Avec toute mon affection,
Candie xxx
vivraplein
60 billets
Bien sur gentille Candie,,, je vous tiens au courant.  merci  pour vos p'tits mots .  
Bonjour vivraplein‍ ,

De bien bonne nouvelle pour vous, je suis bien contente de vous lire ce matin. Tenez-nous au courant pour la suite. Merci aussi a Blaireau‍ pour avoir partagé cette ressouce !

 
eliane47
1170 billets
@vivraplein c était inespéré ! beaucoup de soucis...comme dit @Pierrot "il ne faut pas pelleter avant "....combien de fois il a écrit cela ! en espérant que tout continue de cette bonne façon ! heureusement que les cheveux n ont pas été rasés. ... et ce lien donné par @Blaireau c est formidable ! de bonnes choses à tous
vivraplein
60 billets
Merci à Audrey et merci aussi à eliane47  pour vos bons mots.  Effectivement de bonnes nouvelles.  Encore un merci à Blaireau.. 
Je vais à l'instant créer un autre sujet sur la dépression, la peur malgré les bonnes nouvelles.car je ne me comprend plus.
J'aimerais bien partager cet état d'esprit avec d'autres forumeurs si possibles.

 
m-e
13 billets
Bonjour Vivre à plein. Je me suis grandement reconnue dans votre histoire. Si je peux répondre à certaines de vos questions, ça me fera plaisir.

J'ai aussi été diagnostiquée d'un cancer du sein (lobulaire, stade 1, grade 2, hormonodépendant) en août 2016. On m'a retiré la masse en octobre 2016 et, tout comme vous, j'ai attendu avec anxiété les résultats de l'oncotype DX. Mon score de récurrence s'est avéré de 15 ce qui, comme votre score de 11, correspond à un risque de récidive assez faible, donc pas de chimio. Ouf!

J'ai eu 15 traitements de radiothérapie en janvier 2017 et débuté en mars 2017 une antihormonothérapie au létrozole que je devrai prendre pour 5 ans, peut-être 10. Le letrozole est seulement administré aux femmes ménopausée et je ne l'étais pas officiellement alors on m'injecte aussi chaque mois un implant de zoladex qui inhibe la production d'hormones reproductrices et que j'arrêterai, en principe, l'automne prochain.

Tout comme vous, une scintigraphie osseuse avait révélé des foyers de captation osseuse sur 2 côtes et le rapport concluait à une origine traumatique mais je n'avais aucun souvenir de m'être fracturée des côtes. Mon médecin n'en faisait aucun cas mais je ne pouvais m'empêcher de craindre que ce soit d'origine métastique. Une 2ème scintigraphie 6 mois plus tard a montré que rien n'avais bougé et confirmé l'origine traumatique. 

J'ai été déclarée en rémission complète à l'automne et je suis maintenant suivie aux 6 mois. Ça fait déjà un an que je suis sous anti-hormonothérapie et je supporte assez bien ce traitement.

Voilà! N'hésitez pas à m'écrire si vous souhaitez échanger.

 
vivraplein
60 billets
Bonjour m-e

Désolée d'avoir tardé à vous répondre.   
Mon fiancé qui habite la France était chez moi du 12 au 25.. Inutile de vous dire que j'ai délaissé le forum durant ce temps  (nous nous voyons aux 2 mois).
Que je suis contente d'échanger avec une personne ayant le même   parcours  que moi même si je sais que nous sommes uniques et que chaque l'est aussi.
Il y a 8 jours je suis allée faire le marquage (tatouage) en vue de la radiothérapie. À  partir de ce moment, on m'a dit que je devais attendre deux à 3 semaines avant de commencer la radio.  C'est fou de constater le nombre de personnes    atteintes de néo , du moins ici à QC !!!!!!!!!
Les traitements de radio ne me font pas peur....   C  mieux que la chimio !  Ce qui m,inquiète d'avantage C  l'hormonothéraie.  On me donnera l'Anastrazole puisque  j'ai eu une hystéro-ovariectomie à 40 ans. Je sais que ce sera pour 5 ans mais j'ai aussi lu que de plus en plus les md  le prescrirait comme avant, donc 10 ans préférablement. 
Bref, quand je lis tous les effets secondaires &%$%&*()_!!!!!!!   Surtout ceux ou celui concernant la baisse de libido ou la perte plutôt, ça me GRRRR...   Vous savez lorsqu'on ai fiancée et que l'on voit son amour qu'aux deux mois ....La sexualité est toujours bien présente  et  important entre nous.  malgré notre âge  (59 et 63 ans).  Il y a aussi la possibilité de perte de cheveux...
Et vous m-e, comment réagissez vous  à l'anti-hormono ?  Quuels sont VOS  effets secondaires. Vous voulez bien m'en parler ?
AH oui, j'oubliais:  vous dites que votre md  vous a déclaré  comme étant en rémission alors qu'on vous a  soigné en 2016.  J'ai toujours cru  que pour parler de rémission il fallait attendre 5 ans..
Bref.  Je suis vraiment heureuse de lire que tout est derrière vous maintenant....il faut s'en réjouir,,,
Seule différence avec vous, C  qu'en octobre et novembre dernier, j'ai du faire face à deux cancers  (poumon en octobre et 17 jours plus tard, on découvre celui du sein) 2 néo. simultanés mais  heureusement, ni métastasiques de l'un ou de l'autre.     Avec le poumon, je fus chanceuse: on a enlevé un lobe puis après,   by-by,  ni chimio, ni radio.  Je dois revoir mon onco pulmonaire au mois de mai...  Les récidives me font aussi très peur  mais bon, une journéeà la fois n'est-ce pas ?
Sur cette lonnnngue réponse....     je vous souhaite une magnifique journée.
m-e
13 billets
Bonjour Vivre à plein,

J'espère que vous avez bien profité de la présence de votre fiancé.  C'est important plus que jamais de privilégier ces beaux moments. J'étais pour ma part en vacances du 19 au 25 mars, sans wifi, à lire des gros romans. Je n'aurais pas pu vous répondre avant. ;-)

Je comprends très bien l'anxiété qu'on éprouve durant l'attente de résultats et je vous trouve très résiliente d'avoir encaissé le coup de l'annonce quasi simultanée de 2 cancers distincts. 

Concernant ma rémission, ce n'est malheureusement pas la même chose que la guérison. On nous déclare en rémission quand les examens ne révèlent plus la présence du cancer, une fois les traitements terminés. C'est une bonne nouvelle en soi, mais c'est seulement après 5 ans de rémission que la guérison est déclarée. J'ai donc encore quelques années à patienter. Mon médecin dit que le risque statistique de récidive va en diminuant avec les années et qu'après 2 ans, il baisse significativement. Dans un an donc, si ça continue ainsi, je pousserai un autre soupir de soulagement. ;-)

J'ai reçu mes traitements de radiothérapie à l'hôpital Notre-Dame (à Montréal) situé à une quinzaine de minutes de marche de chez moi.  Je faisais le trajet à pieds aller-retour tous les jours sans problèmes. J'ai commencé à ressentir davantage de fatigue vers la fin de la 2ème semaine et celle-ci a continué de m'habiter durant environ un mois après le traitement. Je dormais davantage et un peu n'importe quand, mais je pouvais continuer de vaquer à des activités quotidiennes (courses, ménage, préparation des repas) sans me sentir terrassée.

Le traitement de radiothérapie s'apparente à une radiographie mais à plus forte intensité. On ne sent strictement rien pendant. En plus des tatous de positionnement, on m'avait fabriqué un moule dans lequel je glissais mes bras et ma tête afin de prendre systématiquement la même pose durant les traitements. 

Après la première semaine, j'ai commencé à éprouver un effet «coup de soleil» sur la zone irradiée dont l'intensité a augmenté au fil des jours mais sans conséquences majeures (ma peau n'a pas pelé, ni craqué). Un an plus tard, j'en perçois encore la trace. Mon sein gauche est encadré d'une zone un peu plus bronzée, bien délimitée. Les poils ne repoussent plus sur la partie de mon aisselle qui était touchée, le sein irradié est beaucoup plus ferme et plus rond que le sein non traité et les cicatrices ont blanchi davantage de ce côté que de l'autre (on m'a aussi fait une réduction mammaire du côté droit en même temps que la mastectomie partielle et le prélèvement des ganglions sentinelles du côté gauche). 

Mon sein gauche est comme magnifié d'une fausse jeunesse mais j'ai un peu l'impression qu'il est en bois. Le sein droit qui n'a pas été irradié est moins bombé dans sa partie supérieure, plus petit en volume et les cicatrices liées à la réduction sont encore un peu violacées, mais sa texture est plus normale au toucher. Selon la chirurgienne plasticienne, il s'affaissera au fil du temps alors que celui qui a été irradié ne bougera plus. Il est comme momifié.

Je fais un peu de lymphoedème du côté gauche, ce qui expliquerait la différence de volume entre mes deux seins. L'enflure demeure contenue au niveau de la région irradiée et lorsque je la sens se propager à la naissance de mon bras, j'applique du Voltaren (un anti-inflammatoire topique que m'a suggéré mon oncologue) et ça se résorbe assez vite.
 
Concernant l'anti-hormonothérapie, ça se déroule bien pour moi. Tout comme vous, j'avais beaucoup d'appréhensions et une amie qui est sous traitement depuis plusieurs années m'avait dit ne pas trop m'en faire et de ne pas prendre au pied de la lettre ce que je lirais sur les forums. Après un an sous Letrozole (et Zoladex, dans mon cas), je ne peux pas dire que je fais de grandes distinctions  entre les effets du traitement et ceux couramment associés à la ménopause. Il faut dire que je venais d'avoir 54 ans lorsque le cancer s'est déclaré et que j'étais déjà en périménopause depuis quelques années (j'avais des règles aux 6 mois depuis 2 ans). À la rigueur, je pense même que j'ai moins de bouffées de chaleur qu'avant.

Concernant les douleurs osseuses, elles sont présentes mais, là aussi, j'avais une condition préalable et probablement héréditaire d'arthrose aux hanches et aux genoux (ma mère en est gravement atteinte). J'ai les articulations raides, mes amplitudes ont beaucoup diminué au fils des années et je dois prendre quelques instants pour me dérouiller lorsque je me lève avant de marcher. Mais c'était déjà ainsi et je ne saurais dire si ça empire. De façon générale, je constate les bienfaits de l'exercice même s'ils demeurent limités et je devrai probablement me résoudre à me faire opérer aux hanches dans quelques années. Ma principale crainte concernant le Letrozole est qu'il affecte trop mon capital osseux. J'ai passé récemment une ostéodensitométrie et comme mon oncologue ne m'a pas rappelé, je suppose que je n'ai pas à m'inquiéter pour le moment.

La principale nouveauté à ma condition physique que je peux véritablement associer au Letrozole est la douleur diffuse que j'éprouve en soirée, aux os des mains et des pieds. C'est agaçant mais pas douleureux au point de justifier une médication.  J'ai aussi l'impression que mes pieds sont devenus plus douillets en général. Il y a des chaussures que je ne tolère plus et j'ai plus rapidement mal aux pieds lorsque je marche longtemps.

Concernant les autres effets secondaires possibles de ce médicament, aucun ne s'est produit pour moi. Je craignais particulièrement pour mes cheveux longs et épais que j'étais déjà heureuse d'avoir sauvés de la chimiothérapie, mais ils sont intacts. J'ai eu peur cet automne alors que j'en perdais beaucoup mais, au final, je pense que s'était seulement lié au cycle normal de la pousse des cheveux. Autre grand soulagement pour moi de ce côté. :-)

Concernant la sexualité, ma situation conjugale est bien différente de la vôtre. Je vis depuis 19 ans avec quelqu'un que j'ai beaucoup aimé mais notre vie de couple s'est étiolée au fil du temps et nous ne sommes plus que des colocataires depuis quelques années. Nous avons pris récemment la décision de nous séparer. Je ne peux donc vous parler des effets de la médication sur le désir, celui-ci avait peu d'occasion de se manifester chez moi avant les traitements. Je suis certaine toutefois qu'il pourrait renaître et la médication ne semble pas avoir affecté la «mécanique».

L'épreuve du cancer nous fait réaliser que la vie est courte et qu'il faut en profiter. Ais-je l'humeur plus impérieuse qu'avant? Est-ce en raison de la ménopause? Est-ce en raison de l'urgence de vivre qui m'habite? Je ne sais pas. Je sais toutefois que je ne veux plus me laisser atteindre par le sentiment dépressif qui m'envahissait trop souvent alors que j'espérais une amélioration de ma dynamique de couple qui n'arrivait jamais.

Si la chance m'est donnée de rencontrer quelqu'un qui me fait vibrer de nouveau et si cette relation me procure davantage de bonheur et de plaisir que de contraintes et de soucis,  je n'hésiterai pas à plonger encore mais, pour le moment, le temps est venu pour moi de renoncer et de partir seule à l'aventure. Et comme je suis aussi en contexte de replacement professionnel suite à l'abolition de mon poste (juste avant l'annonce du cancer) en plus de devoir organiser mon déménagement, j'aurai déjà pas mal de nouveauté à apprivoiser au cours des prochains mois, je crois. ;-) 

Alors voilà! Je vous souhaite de bien traverser vos traitements de radiothérapie. N'hésitez pas à m'écrire de nouveau. Ça me fera toujours plaisir de vous répondre. Et on peut se tutoyer si vous voulez. 

m-e



 
+ Répondre