Vous devez vous connecter ou vous inscrire afin de participer à ces discussions.


 
+ Répondre
glioblastome multiforme
Elisa C
2 billets
allo, j'ai 39ans et mon conjoint c'est fait diagnostiquer en novembre 2020 un glioblastome multiforme. depuis il a été opéré, suivit des traitements chimio et radiotherapie sur 6semaines.
j'ai plein d'émotion, ya des jours ou j'ai hate qu'il meure, juste pour que ca finisse. il va bien quand il fait attention. nous sommes agriculteur, il a de quoi ce changer les idee mais en fait souvent beaucoup trop.
j'aimerais savoir comment va ce terminer j'aimerais discuter avec des gens a qui c'est arriver.

mon conjoint Martin a un tumeur qui fait 8.9cm X 4.5cm X 5cm (c'est ce qu'ils,ont enlevé environ) en plus des tantacules qui son infiltré partout dans son cerveau.

j'ai 4 ados a la maison de 14 a 19ans et une jeune fille qui a un bebe, ele est parti mais n'a que 19ans.
j'essais tant bien que mal de faire le tour mais je sais que j'en echappe.

quelqu'un a vecu de quoi similaire.?

Merci
6 Réponses
Bonjour Elisa C‍ , quelle situation, je suis sans mot devant une expérience de vie comme celle-ci. J'imagine bien les émotions en vague et en dents de scie. Oui certains aidants vivent avec la culpabilité déchirante que le tout se termine et le grand chagrin de perdre l'être aimé. C'est déroutant et déchirant se vivre ainsi. Ce sont des émotions pourtant bien réelles et souvent rencontrées chez les aidants.

Ce n'est pas la même situation que vous, mais je vous invite à lire les billets de Cloud‍ qui accompagne son amoureuse avec de jeunes enfants, et aussi celle de Carolegag‍ qui accompagne son amoureux., en lien avec un cancer similaire.

Je suis heureux que vous ayez trouvé ce site, n'hésitez pas à nous écrire, nous serons là pour vous lire et vous accompagner.


Bientôt,

Claude

Bea13
25 billets
Bonjour Elisa C,

Que l'on soit atteint d'un cancer ou qu'un de nos proches le soit, devoir composer avec la réalité du cancer peut être aussi difficile à vivre dans les deux cas.

J'ai été très présente auprès de mon frère, au moment où il était en fin de vie. C'était il y a un peu moins de 2 ans. Je peux vous dire qu'il est très facile, comme personne aidante, de s'épuiser et ce, sans s'en rendre compte.
Vous êtes très éprouvée et vous en avez très lourd sur les épaules. Je sens votre désir de ne pas lâcher, de vous tenir debout, mais les difficultés, que vous portez, sont énormes. Parfois, il est très indiqué d'aller chercher une aide professionnelle. Avez-vous fait part de ce que vous vivez à l'équipe soignante de Martin? Ils sont présents pour lui mais ils devraient également l'être pour vous.

Nous sommes avec vous. Je vous fais un gros câlin.
Béa13
Caro2
74 billets
Bonsoir Elisa C‍,

Votre billet m'a vraiment touchée. Mon père a eu ce type de cancer, mais je ne sais pas si c'est exactement le même. Par contre, il était vraiment plus vieux car 69 ans.

Être proche aidante, en plus de vos responsabilités familiales, c'est énorme comme pression surtout avec toutes les émotions que ça amène.

Est-ce que les spécialistes se sont avancés sur les chances de réussites des traitements ? Comment votre conjoint prend-il cela ?

Et de votre côté, êtes-vous bien entourée ? Avez-vous de la famille, des amis sur qui vous pouvez compter quand le vase devient trop plein ?

J'imagine que ça ne doit pas être facile de prendre du temps pour vous dans les circonstances. Mais dès que vous le pouvez, prenez ce temps précieux. Vous le méritez.

Et c'est vrai qu'il a de quoi se changer les idées, mais il ne faut pas qu'il se fatigue trop, il doit laisser son corps se reposer pour aller mieux. Mais pour un agriculteur, ça ne doit pas être facile du tout.

Tenez-nous au courant de la suite des événements et en attendant, je vous fait un énorme câlin virtuel. xxx

Elisa C
2 billets
Allo Caro2
en faite oui je suis bien entouré mais j’ai peur. Je déteste l’inconnu, donc que les médecins nous dise que c’est le même cancer de Dereck Aucoin joueur de baseball et que celui ci a fait 18mois suite à son diagnostic. Et que mon conjoint a exactement 18mois comme espérance de vie. J’ai peur pour la suite je n’aie pas peur de la mort mais de la détérioration de mon conjoint. Il n’ont pas pu enlever toute la timeur car elle est infiltrée partout dans son cerveau comme des tentacuLes.
y’a des jours où je souhaite vraiment que ça finisse vite car malgré les 2operations mon conjoint n’est plus l’homme qu’il était. Et ça va juste empirer avec le temps.
Caro2
74 billets
Bonjour Elisa C‍,

Oui c'est vrai que c'est un cancer très fulgurant. Pour mon père, on nous disait 6 à 12 mois si les traitements aidaient. Mais en fin de compte, il a reçu une seule semaine de traitement et il est décédé environ 7 semaines après le diagnostique. Je vous comprends quand vous dites que vous souhaitez sa mort, c'est normal dans les circonstances. On n'aime pas voir notre conjoint ou notre père changer autant à cause de la maladie.

Mon père a commencé avec des engourdissements dans la main et par la suite il ne pouvait plus la bouger et tout le côté est devenu lourd, enflé et il n'arrivait pas trop à bouger ce côté. Il a eu aucune douleur. Comment ça se passe pour votre conjoint ?

Chacun réagit différemment face au cancer, il y a tellement de facteurs qui influent sur nos émotions et sur la façon dont ont réagit. De mon côté, je réalise que ce fut pour moi et ma mère une belle expérience. D'accompagner mon père, qui a fait cela tellement bien et nous a facilité l'expérience, ça me rend fière. On a eu tellement de belles discussions dans ses derniers jours et ce sont de très beaux souvenirs.

Peu importe votre état émotif, n'hésitez pas à venir nous écrire. Je le dis souvent, l'écriture est une excellente façon de mettre des mots sur les émotions et ça aide à évacuer les trop plein.

J'espère que vous prenez du temps pour vous et que vous nous donnerez des nouvelles bientôt!!!

Gros câlin virtuel! xxxx
Marie-Elise
114 billets
Bonjour Elisa C‍ ,

Votre récit m'a touché et je voulais vous dire que vous avez bien fait de vous joindre à nous. Ici, vous pouvez vous décharger de votre trop plein sans craindre le jugement. On comprends bien des choses et écrire est très souvent libérateur.

Je comprends votre ambivalence et vos inquiétudes pour les prochains mois. Vous avancez vers l'inconnu et vous avez plus de questions que de réponses. Voir un être aimé malade et diminué est une épreuve angoissante. Prenez les choses un jour à la fois pour l'instant si c'est possible.

Nous sommes là, vous n'êtes pas seule. Donnez-nous de vos nouvelles.

Marie-Elise 💛
+ Répondre